• Une semence n'est pas une graine

     

    Alors que les semences sont au cœur de toute agriculture (elles constituent, avec l'eau et la terre, l'une des trois conditions premières pour engager une culture), elles sont souvent négligées dans les politiques publiques, et laissées aux mains de logiques commerciales hélas bien éloignées du bien commun.

     

    Même certaines initiatives apparemment vertueuses, comme celle de l'association Avaaz qui avait lancé [Edit : en 2014] une grande levée de fonds pour créer une « banque de semences » mondiale accessible par internet, peuvent être extrêmement perverses et très éloignées d'une agriculture réellement autonome et écologique. Comprendre le danger de ce type de projet nécessite au préalable quelques bases agronomiques en matière de semences.

     

    Une plante co-évolue avec son milieu et les humains

     

    La plupart des agriculteurs et des agronomes utilisent indifféremment le terme de graine ou de semence. C'est pourtant là l'héritage d'une vision réductionniste de l'agriculture, celle-là même qui nous conduit dans une impasse. Non, une graine ne produira pas « mécaniquement » la plante souhaitée.

     

    Dans l'approche systémique que j'ai esquissée dans mes précédents billets et qui est au cœur de l'agriculture biologique (ou agroécologie paysanne), une plante agricole est nécessairement et impérativement en co-évolution. Elle est profondément reliée à un écosystème et à des humains. Toute modification sociale va modifier l'évolution d'une plante, puisque cette dernière va devoir s'adapter à la conduite technique, aux exigences artisanales ou industrielles de sa transformation, aux goûts des consommateurs, etc. Toute évolution climatique ou perturbation de l'écosystème va modifier les interactions de la plante avec son environnement, donc sa croissance, ses mécanismes de résistance, sa composition minérale, etc.

     

    Cette interaction est illustrée de façon inattendue par les modifications sociales au Bangladesh. Dans ce pays, ce sont traditionnellement les femmes qui choisissent les épis ou les fruits à conserver pour faire des semences, ce sont les femmes seules qui peuvent pénétrer dans les seed-houses où les semences sont conservées, ce sont les femmes qui décident quelles graines semer telle année dans telle parcelle. Cela constitue de toute évidence une dimension essentielle à leur statut social, qui rééquilibre d'autres faits sociaux valorisant les hommes. Or, la généralisation des semences industrielles dans le cadre de la mal nommée « révolution verte » a bouleversé cet équilibre. En effet, lorsque les semences doivent être achetées tous les ans, qui s'en charge ? Bien évidemment les hommes, puisque ce sont eux qui gèrent l'argent. En un geste, c'est tout un pan du statut social féminin qui s'est retrouvé effacé. Le choix de semences standardisées achetées tous les ans a des conséquences considérables (et très négatives) sur le statut des femmes au Bangladesh.

     

    Femme bangladeshi dans une seed-house - Photo J. Caplat

     

    Cette co-évolution est un élément fondamental et majeur. Elle permet de comprendre pourquoi une semence, c'est-à-dire la transmission temporelle d'une plante, ne peut absolument pas se réduire à la simple graine. Une semence, c'est une graine + des savoirs techniques + un environnement. Oublier l'un ou l'autre, c'est brader l'intelligence, c'est pratiquer une agronomie au rabais.

     

    Une semence n'est pas figée

     

    Bien sûr, une plante peut s'adapter à de nouveaux environnements. Il n'est pas question de figer une semence dans un environnement limité. Mais toute transmission d'une graine dans un nouvel écosystème ne peut pas être présenté comme la translation d'une semence. Pour que « semence » il y ait, il faut accepter que cette graine soit semée dans ce nouvel environnement, donne une nouvelle plante, qui produise des graines, elles-mêmes semées au même endroit, et ainsi de suite pendant 2, 3, voire 10 générations. Ensuite seulement, la plante d'origine sera acclimatée, réadaptée au nouvel environnement. Pour qu'il y ait véritablement transport de la semence dans un nouvel environnement, il faut compter plusieurs années. Le déplacement de la graine ne suffit pas.

     

    Le cas des savoirs techniques est plus évident et élémentaire à comprendre. Transmettre une graine sans indiquer la conduite technique qui y est liée, ce n'est certainement pas transmettre une semence. Sans les savoirs paysans correspondant à la variété spécifique concernée, une graine n'est qu'une ébauche, qu'une page blanche. Ici encore, le temps peut permettre de retrouver, de réinventer des savoirs... mais il est bien plus sérieux et efficace de les transmettre en même temps que la graine.

     

    Ni patrimonialisme, ni chauvinisme

     

    L'agriculture biologique se tourne souvent vers les semences anciennes. Ce choix n'est pas motivé par une sacralisation de « l'ancien », ni par une illusion qu'une variété « d'ici » serait forcément meilleure qu'une variété d'ailleurs. C'est simplement une nécessité agronomique. Les semences anciennes sont un réservoir de biodiversité et d'adaptabilité. Contrairement aux semences standardisées, les semences anciennes offrent une grande variabilité génétique... et peuvent encore évoluer et s'adapter. Les variétés végétales doivent non seulement être adaptées au milieu de culture, mais aussi et surtout adaptables et évolutives. Elles s'ajustent en permanence, génération après génération, au milieu naturel qui évolue lui-même en permanence. C'est la raison pour laquelle il est incohérent et absurde de créer des « banques de graines », qui conservent dans des frigo des graines (et non pas des semences !) figées dans un état passé et hors-sol. Des études du CNRS (publication en cours) montrent qu'après un simple délai de 20 ans, des graines remises en cultures sont déjà devenues inadaptées à leur ancien milieu, tant celui-ci a évolué entretemps.

     

    L'échange des graines « libre et non-régulé » est une aberration

     

    Les paysans, en France et ailleurs dans le monde, revendiquent le droit d'échanger librement des semences. Cette revendication est fondamentale et cruciale. Les règlementations actuelles entravent cette liberté, voire la nient entièrement, et obligent les paysans à employer des semences standardisées, sélectionnées depuis 70 ans (voire plus) de façon réductionniste sans tenir compte des milieux naturels, adaptées exclusivement à une agriculture chimique et industrielle.

     

    Mais le droit d'échanger librement des semences ne peut pas être réduit, par schématisme, au droit d'échanger des graines sans aucune régulation. Cette confusion est gravissime.

     

    D'abord, tout échange commercial (avec contrepartie financière) doit donner lieu à des garanties. Qu'un sachet de graines soit vendu par une entreprise multinationale, un semencier artisanal ou une association, la moindre des choses est qu'il contienne bien l'espèce et la variété indiquée, et que les graines aient un taux de germination correct. Refuser d'apporter cette garantie dans le cadre d'un échange marchand, c'est revendiquer l'ultralibéralisme, c'est demander à l'acheteur d'assumer tous les risques, c'est indigne et hypocrite. Pire encore : l'absence de régulation signifie l'impossibilité de toute interdiction des OGM, avec les conséquences qui peuvent en découler ! Un échange gratuit de gré à gré peut se passer de toute régulation formelle, car la régulation est alors assurée par le contact social ; un échange marchand (surtout à grande distance) doit faire l'objet de régulations collectives élémentaires.

     

    Ensuite et surtout, une graine n'est pas une semence. Transmettre (même gratuitement) une graine sans transmettre dans le même temps le savoir technique qui y est lié est une négation des paysans (ou des jardiniers) et de la réalité de l'agriculture. Transmettre une graine en faisant croire qu'elle produira forcément la même plante dans un milieu naturel différent de celui de sa sélection est une imposture : les acquéreurs doivent être prévenus que l'adaptation à un nouvel environnement agro-climatique peut prendre plusieurs générations !

     

    Seuls des échanges de proximité et « de paysan à paysan » peuvent assurer une bonne transmission des savoirs liés à la graine... et donc une véritable circulation d'une semence, au sens complet et vivant du terme. Cela n'interdit bien sûr pas un commerce de graines, mais il doit être régulé et humble. De nombreux semenciers artisanaux (notamment spécialisés en agriculture biologique et biodynamique) sont d'ailleurs parfaitement conscients de cet aspect et conçoivent leur activité en articulation avec la sélection paysanne. Aucune démarche n'est exclusive, tant qu'il n'y a pas de malentendu sur les limites ou les partis-pris de chacune.

     

     

    « L'agroécologie : transition ou but ultime ?De la consommation à la production biologique ? »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :