•  

    Ce billet s'inspire d'une communication que j'ai présentée dans le colloque de recherche « Les petites gens de la terre – paysans, ouvriers et domestiques du néolithique à 2014 », organisé en octobre 2014 par le Pôle Rural de Caen et l'Association d'Histoire des Sociétés Rurales.

     

    Tomates en semis dense innovant et performant (chez P. Poot) - Photo J. Caplat

     

    Les gestes, pratiques et stratégies agronomiques mis en œuvre par les paysans relèvent-ils de savoir-faire empiriques, ou découlent-ils d'expérimentations intentionnelles et de savoirs construits ? Cette question renvoie à la fois à des notions d'anthropologie des connaissances (Nicolas Adell), d'apprentissage de gestes techniques (Blandine Bril, Marie-Noëlle Chamoux), d'épistémologie (Isabelle Stengers, Christophe Bonneuil), de développement (Jean-Pierre Olivier de Sardan, Pierre Pradervand) et bien sûr d'agronomie et d'anthropologie.

     

    Une terminologie significative et profondément ancrée

     

    Les historiens, agronomes et sociologues travaillant sur les sociétés paysannes anciennes ou contemporaines décrivent généralement les pratiques paysannes comme des savoir-faire. Ce terme est loin d'être anodin, et témoigne du statut subordonné qui est accordé aux paysans en matière de production de connaissances. Le statut des innovations et des techniques s'inscrit en effet dans les rapports de pouvoir.

     

    Rattachées au domaine du savoir objectif lorsqu'elles sont issues d'administrateurs (Turgot) puis de lettrés ou d'ingénieurs (Olivier de Serre, Antoine Parmentier, Césaire Nivière, Mathieu de Dombasle... et la plupart des agronomes du XXe siècle), ces innovations et techniques agricoles sont ravalées au rang de savoir-faire empiriques lorsqu'elles proviennent de communautés paysannes. Au-delà de la césure économique entre d'un côté les lettrés et les grands propriétaires expérimentateurs et de l'autre les « petites gens de la terre », la maîtrise de l'écrit semble avoir longtemps été un critère de différenciation sociale et culturelle.

     

    Cette terminologie est profondément imprimée dans l'inconscient collectif, du moins en France, puisque les organisations agricoles elles-mêmes la reproduisent mécaniquement. S'il n'est pas surprenant de voir des institutions comme les Chambres d'Agriculture parler de savoir-faire, il est plus étonnant et donc significatif de voir une organisation comme la FADEAR (fédération des associations pour le développement de l'emploi agricole et rural), proche de la Confédération Paysanne et de son projet émancipateur, faire sur son site internet la promotion de la transmission des savoir-faire – et non pas de la transmission des savoirs.

     

    Savoir-faire ou savoir : comment les distinguer ?

     

    Avant d'aller plus loin, il est utile de préciser ce qui peut différencier un savoir-faire d'un savoir. Une définition donnée par Yves Barel à propos d'urbanisme peut constituer une base satisfaisante – à un détail près.

    « Un savoir-faire incorporé est (...) indissociable d'individus ou de groupes concrets : il est le résultat de leur apprentissage personnel, de leur expérience, de leur habileté. (…) Il n'est pas analysable et décomposable jusqu'au bout (...). Le travailleur sait faire, mais il ne sait pas complètement comment il sait. Le savoir-faire incorporé n'est donc pas transmissible par enseignement. Il n'est transmissible que par apprentissage c'est-à-dire par la reproduction plus ou moins à l'identique d'individus ou groupes au cours du travail lui-même. (...) Mais quand le savoir-faire est analysable et décomposable jusqu'au bout, le savoir et le faire peuvent se déconnecter. Le savoir s'incorpore alors dans un rapport non humain : un livre, un traité, un programme, une fiche d'instructions, un croquis, etc. »

    (Yves Barel, « La ville avant la planification urbaine », in Prendre la ville, Paris, Anthropos, 1977, p.16-19.)

    L'essentiel ici est de bien distinguer entre le savoir-faire qui ne s'acquiert que par l'observation et la pratique, et le savoir qui peut être théorisé, verbalisé et enseigné. La conclusion de cette citation est cependant édifiante : le savoir est ici associé consubstantiellement à l'écrit. Il va de soi que ce raccourci final est hautement contestable. Il est même l'une des sources du malentendu ! Un savoir construit et transmissible peut parfaitement rester oral. L'opposition savoir-faire / savoir ne doit surtout pas être réduite à une schématique opposition oralité / écriture.

     

    Je peux illustrer la distinction à partir de l'exemple du jardinage. La manière de repiquer un plant de tomate, la période pour le faire, la préparation du terrain : tout cela peut s'enseigner et relève du savoir. En revanche, la main verte du jardinier qui lui permet d'obtenir des pieds de tomate considérablement plus vigoureux et productifs que ceux d'un débutant relève du savoir-faire, c'est-à-dire de l'expérience, de la pratique renouvelée année après année.

     

    La revalorisation récente des savoir(-faire) paysans

     

    Deux mouvements ont conduit récemment à remettre en valeur et à reconnaître les pratiques paysannes. Le premier est celui de la conservation du patrimoine. Nous le voyons à l'œuvre dans certains travaux anthropologiques (souvent prolongés par une revendication politique) d'identification et de reconnaissance de cultures rituelles. Les sociétés agricoles traditionnelles « nomment » le vivant autour d'elles selon une taxonomie certes déroutante pour le scientifique occidental, mais parfaitement rigoureuse et opérationnelle, c'est-à-dire que ces classifications du vivant permettent de rapprocher des propriétés, d'anticiper et d'organiser le monde. Certains anthropologues « collectionnent ces collections ». Au-delà, de nombreuses pratiques paysannes sont indiscutablement liées à des gestes culturels voire religieux (offrande de la première igname au Nord-Bénin, par exemple), qui nécessitent le maintien et la reproduction de gestes techniques ou de variétés végétales bien spécifiques.

     

    Vu à travers le regard idéalisant des chercheurs occidentaux puis de certains mouvements politiques, ce constat a souvent été facteur d'immobilisme. D'une certaine façon, la ritualisation de l'agriculture assure sa stabilité, mais peut conduire à une démarche conservatrice et figée. Les revendications identitaires de sociétés qui s'émancipent de la colonisation s'appuient souvent sur un « autrefois » mythifié. Cette démarche se retrouve également dans des organisations et revendications occidentales en faveur des pratiques traditionnelles (aussi bien agricoles que musicales ou vestimentaires) ou des « variétés anciennes » abordées sous un angle patrimonial : il n'est pas anodin que la formule la plus souvent utilisée jusqu'à présent est celle de la conservation des variétés anciennes, ou que les lieux de présentation des vieux gestes paysans soient désignés comme des (éco)musées.

     

    Le deuxième mouvement de réhabilitation des pratiques paysannes est davantage inscrit dans le présent et la transformation. Il est issu des travaux en faveur d'un développement endogène, c'est-à-dire appuyé sur les ressources locales des sociétés concernées. Théorisé à partir des années 1970, il a inspiré de nombreux acteurs du développement et de nombreuses ONG depuis les années 1980, notamment dans le domaine du développement agricole. Il est également très important dans le syndicalisme altermondialiste de Via Campesina, ou plus spécifiquement en France à la Confédération Paysanne. Il a ensuite pris une nouvelle dimension dans les années 2000, dans le cadre des négociations internationales sur la biodiversité ou sur les droits des peuples autochtones.

     

    Comme je l'ai évoqué plus haut, ces deux mouvements se réfèrent paradoxalement souvent aux savoir-faire plutôt qu'aux savoirs. C'est particulièrement le cas pour le discours patrimonial, qui s'appuie souvent sur une vision fantasmée de pratiques anciennes et qui idéalise le bon sens paysan en l'enfermant finalement dans la même caricature empirique, désormais présentée comme vertueuse. Mais, en revalorisant le rôle des petits paysans anonymes, ils ont permis de requestionner la construction des gestes, pratiques et systèmes agricoles traditionnels.

     

    Les paysans expérimentent et transmettent

     

    L'imaginaire occidental représente le paysan comme l'héritier des serfs, dominés par les seigneurs et adoptant les innovations créées par les savants et les grands propriétaires. Il est vrai que la structure de l'agriculture conventionnelle entretient cette représentation, puisque les pratiques décrites par le passé ou constatées aujourd'hui s'inscrivent de facto dans les modèles théoriques des agronomes occidentaux.

     

    Mais cette représentation est invalidée par les agricultures traditionnelles observées en Afrique par exemple. Basées sur les cultures associées et la valorisation des arbres, elles ne peuvent certainement pas être héritées des modèles agronomiques occidentaux ! Il a donc bien fallu que les paysans africains élaborent eux-mêmes, de l'intérieur, des systèmes de culture viables et suffisants pour nourrir leurs populations. Mieux encore, ces agricultures africaines intègrent (dans des systèmes associés à 5, 10 ou 15 cultures) des plantes récemment importées comme le riz ou le maïs. Cela témoigne du génie agronomique des populations qui les ont, d'elles-mêmes, adaptées dans des structures agraires pourtant déjà complexes (ce qui imposait de réajuster l'ensemble du système de culture).

     

    13 cultures associées (dont du riz) au Nord-Bénin - Photo J. Caplat

     

    Il faut se rendre à l'évidence : les paysans construisent des savoirs. Ceux qui travaillent avec des communautés agricoles en Inde, dans la péninsule indochinoise, en Afrique ou en Amérique centrale et du sud l'ont constaté depuis longtemps, et les agronomes qui accompagnent les agriculteurs biologiques en Europe le redécouvrent avec eux. Les paysans observent des phénomènes, cherchent à les reproduire sur la base d'hypothèses, puis à en déterminer les lois et mécanismes, selon une démarche qui s'inscrit parfaitement dans les méthodes hypothético-déductives. Les savoirs ainsi élaborés font l'objet d'une authentique transmission – généralement orale, mais cumulative et savante.

     

    Un exemple frappant : la sélection paysanne

     

    La sélection végétale illustre à la perfection les différents aspects que j'ai évoqués ici.

     

    D'abord, l'organisation de la sélection des plantes est au cœur des enjeux de pouvoir en matière de choix agronomiques. Ces enjeux sont à la fois symboliques (la suprématie des « sachant »), scientifiques (l'obsession génétique qui traverse nos sociétés actuelles et conduit abusivement à réduire les plantes à une somme de gènes), sociaux (le statut du chercheur), économiques (les multinationales semencières) et politiques (l'organisation par les institutions agricoles et scolaires). La remise en cause de la suprématie des généticiens se confronte à toutes ces pesanteurs et tous ces imaginaires sociaux !

     

    Ensuite, il est évident et indiscutable que les paysans ont bien construit des savoirs élaborés... car ce sont bien les paysans qui ont géré, seuls pendant 10.000 ans, la sélection végétale. L'agriculture n'a pas attendu la création des industries semencières aux XIXe et XXe siècles ! Il suffit de se pencher sur les travaux d'agronomes ou d'anthropologues pour constater à quel point la sélection par les paysans reste fortement présente en Inde ou en Amérique centrale et du sud, et se développe à nouveau au sein des paysans biologiques ou en agroécologie.

     

    De façon archétypale, la reconnaissance du rôle des paysans en matière de sélection végétale s'est d'abord appuyée sur une vision conservatrice et patrimoniale (les « variétés anciennes »), avant de retrouver le courant naturel d'une évolution permanente. Une plante doit évoluer avec son milieu et ses agriculteurs, et le caractère « ancien » n'est pas une vertu en soi (il est simplement une nécessité transitoire puisque seules les variétés anciennes possèdent la diversité génétique et la capacité à évoluer qui sont indispensables à la sélection dans les champs). Il est probable qu'il en est de même pour de nombreux savoirs traditionnels : la vision patrimoniale est surtout une construction occidentale a posteriori, tandis que les savoirs eux-mêmes ont toujours été évolutifs et vivants.

     

    Il est intéressant de noter que, au Brésil comme en France, les groupes de paysans qui se réapproprient la sélection végétale s'associent à des chercheurs institutionnels. Il n'y a pas opposition entre les types de savoirs. Dès lors que celui des paysans est reconnu comme tel, celui des agronomes reste pertinent et complémentaire. Les uns comme les autres acquièrent des savoir-faire au cours de leur vie. Les uns comme les autres possèdent et construisent collectivement des savoirs.

     


  •  

    Dans les discussions autour du changement d'agriculture et des pratiques de consommation, j'entends souvent une question supposant un choix nécessaire entre produits issus de l'agriculture biologique et produits locaux. Pourtant, une grande partie des arguments en faveur des produits locaux sont fallacieux ou erronés... et l'important est bien entendu de cumuler agriculture biologique et production locale.

     

    C'est justement pour rapprocher ces deux démarches et cesser de les opposer que la FNAB (fédération nationale d'agriculture biologique) et ses groupements régionaux, en partenariat avec la Fête de la gastronomie et à l'initiative de Corabio, proposent du 20 au 28 septembre l'opération Bio et local, c'est l'idéal !

     

    Pour en savoir plus : http://bioetlocalcestlideal.org

     

     

     

    Le local contre l'effet de serre ?

     

    En première approximation, il est tentant de supposer qu'un produit local contribuera moins à l'effet de serre qu'un produit venu de plusieurs centaines de kilomètres. C'est ce qui fait dire à de nombreux consommateurs, mais aussi hélas à de nombreux décideurs très mal informés, qu'il vaudrait mieux consommer un aliment conventionnel local qu'un aliment biologique venu de l'étranger.

     

    Cette estimation intuitive est pourtant totalement fausse. Le transport des produits agricoles bruts ne représente qu'une très faible partie des contributions de l'agriculture à l'effet de serre. Dans l'agriculture européenne actuelle, l'un des postes les plus contributeurs est l'engrais azoté !

     

    Lorsqu'un agriculteur épand 100 kg d'azote chimique sur 1 hectare (ce qui est la fourchette basse en agriculture conventionnelle, puisque certains vont jusqu'à 200 voire 400 kg par hectare), il contribue autant à l'effet de serre qu'une voiture moyenne parcourant 10.000 km. Vous avez bien lu : une fertilisation azotée chimique considérée actuellement comme modérée contribue autant à l'effet de serre sur un seul petit hectare qu'un parcours de 10.000 km en voiture. Il vous reste à multiplier par le nombre d'hectares de vos voisins agriculteurs conventionnels...

     

    Dans ces conditions, il est souvent bien plus favorable à l'effet de serre de consommer un aliment biologique venant de 500 km qu'un aliment conventionnel produit chez votre voisin.

     

    Et je ne prends pas ici en compte toutes les autres pollutions (de l'eau, de l'air), qui rendent le produit biologique considérablement préférable au produit conventionnel, quelle que soit la distance de son transport. La prétendue justification écologique à la consommation de produit locaux ne tient absolument pas s'il s'agit de produits conventionnels opposés aux produits biologiques lointains. Dans le match « bio lointain » contre « conventionnel local », le local perd par K.O. s'il est produit en conventionnel.

     

    bio local > bio importé > conventionnel local > conventionnel importé

     

    Reste une évidence : il est toujours préférable de supprimer à la fois la contribution des engrais chimiques et celle des transports. Un produit bio local polluera bien sûr moins qu'un produit bio importé de loin (même si ce dernier polluera bien moins qu'un produit conventionnel local).

     

    Une agriculture s'inscrit dans un territoire

     

    La relation entre une agriculture et son territoire ne se réduit pas à des flux (ressources, pollutions éventuelles, produits alimentaires). J'aime parler de l'agri–culture. Fondamentalement et historiquement, une agriculture est la façon dont une société s'inscrit dans un territoire. Elle est autant culturelle ou sociale que technique.

     

    Par conséquent, il n'est pas neutre pour un citoyen de consommer des produits cultivés et élevés à proximité ou à longue distance. En privilégiant des produits locaux, je me relie à mon territoire de vie, j'entretiens une activité économique, je m'inscris dans une continuité sociale et je contribue à cette continuité sociale.

     

    Ici encore, ce constat ne suffit pas. Je peux me relier à mon territoire en coupant ses arbres et en détruisant son sol... ou au contraire en préservant son écosystème. Je peux m'inscrire dans une continuité sociale en enrichissant un agriculteur industriel et en saccageant l'emploi... ou au contraire en contribuant à installer des paysans en plus grand nombre et en valorisant les activités de transformation et de distribution. Ici encore, manger local n'est pas une vertu en soi.

     

    S'inscrire dans son territoire, c'est s'interroger sur les relations entre l'activité agricole et le milieu vivant, entre l'activité agricole et le reste de la société, entre l'activité agricole et la dynamique économique. La consommation de proximité n'a de sens que si elle encourage le maintien de la valeur ajoutée sur le territoire, que si elle soutient des fermes qui aménagent l'espace sans le détruire, que si elle permet la rentabilité de fermes à taille humaine. Sinon, à quoi bon invoquer la « proximité » comme un mantra abstrait ?

     

    Sous l'angle de la relation au territoire et de la solidarité socio-économique, il est pertinent de privilégier des producteurs locaux, en circuits courts ou engagés dans des démarches d'économie solidaire. Pour autant, même sous le seul angle socio-territorial, l'aspect environnemental ne peut pas être négligé, et une production biologique restera éminemment préférable.

     

    Un objectif sans dogmatisme, une exigence continue

     

    Il va de soi que le café, le cacao et bien des épices ou fruits ne peuvent pas être cultivés en France. Il n'y a rien de choquant à ce qu'existe un commerce à longue distance de produits alimentaires. Ce commerce a toujours existé : il est attesté non seulement dans l'Antiquité, mais même à l'époque préhistorique ! L'exigence et les critères qui conduisent à préférer des produits locaux doivent toutefois être appliqués également aux produits importés. En particulier, le mode de production doit être non seulement biologique mais également équitable (permettre aux populations de se nourrir elles-mêmes en parallèle, et de dégager un revenu décent par les produits exportés), le mode de transport doit être le moins polluant possible (le transport par avion doit être proscrit, comme c'est le cas pour tous les produits vendus en Biocoop).

     

    Mais la démarche essentielle est bien de toujours choisir un produit bio et local lorsqu'il existe. Cela inclut un principe de saisonnalité. Si je veux consommer des haricots verts en hiver, je choisirai des haricots locaux mis en conserve – et surtout pas des haricots venus de l'autre bout du monde avec un bilan énergétique déplorable et qui détruisent les productions vivrières des populations concernées. Quant aux tomates ou aux fraises, il n'y a aucun sens à les consommer en hiver (sauf ponctuellement sous forme de conserve ou de confiture).

     

    Une consommation responsable est d'abord biologique. Si elle veut mieux prendre en compte le territoire et encourager l'agriculture environnante, elle est également locale et de saison.

     

    Au cœur de la relation entre territoire, agriculture et société : les semences

     

    Une agriculture biologique ancrée dans un territoire vivant cherchera à privilégier des plantes qui co-évoluent avec leur environnement et leurs agriculteurs (il en est de même avec les animaux). Il est donc important de soutenir également les semences paysannes, c'est-à-dire adaptées aux milieux, adaptables et évolutives (cf. un précédent billet).

     

    Actuellement se déroule également la semaine des semences paysannes (20 au 28 septembre). C'est l'occasion d'aller rencontrer des paysans-sélectionneurs et de mieux comprendre les combats réglementaires et les débats techniques autour de la sélection végétale.

     

     

     

     

     


  •  

    Comme je l'ai indiqué dans mon billet précédent, plusieurs facteurs obèrent le développement de l'agriculture biologique en France. En particulier, les agriculteurs méconnaissent la bio et expriment une crainte technique et une crainte économique à son égard, surmontées d'une crainte socio-psychologique inhérente au fait de changer partiellement ou fortement son réseau humain et professionnel et de devoir redéfinir sa vision du monde. Je ne reviendrai pas ici sur la crainte économique, qui est désormais largement erronée. Mais les deux autres méritent une attention spéciale.

     

    Lever la peur technique : la bio est une agriculture très performante

     

    J'évoquais précédemment l'importance d'enseigner les techniques biologiques aux agriculteurs intéressés par une conversion, et d'accompagner étroitement ceux qui s'engagent dans cette évolution. Il faut impérativement dépasser la paresse intellectuelle (et l'erreur agronomique) qui confond « bio » et « suppression de la chimie ». Supprimer les produits chimiques de synthèse sans rien changer aux autres déterminants de l'agriculture conventionnelle (cultures pures, variétés et races standard et sélectionnées depuis 70 ans pour un soutien chimique, non-prise en compte des écosystème...) ne définit pas une agriculture biologique mais une agriculture conventionnelle sans chimie. La connaissance systémique et sérieuse de la bio impose de l'avoir pratiquée. Seuls des paysans biologiques et des conseillers spécialisés formés auprès des paysans bio sont en mesure d'expliquer et d'enseigner cette approche holistique. Cela est non seulement nécessaire pour sécuriser correctement les agriculteurs en conversion, mais également impératif pour construire une agriculture biologique pérenne et performante. L'agriculture conventionnelle sans chimie est quant à elle techniquement fragile et agronomiquement non-durable.

     

    Journée technique chez un agriculteur biologique (F. Mercier) – Photo J. Caplat

     

    Au-delà, il est évident qu'un agriculteur sera réticent à s'engager dans un mode de production qui lui semble marginal et incapable de répondre aux défis alimentaires mondiaux. Le malentendu – voire le mensonge – qui prétend que la bio ne pourrait pas nourrir l'humanité est un frein considérable. Il est temps que les institutions, les enseignants et les chercheurs comprennent les fondements agronomiques de l'agriculture biologique... et ses résultats avérés et indiscutables à l'échelle mondiale. Il est inadmissible que ce discours prévale encore dans les institutions nationales et internationales, alors que toutes les études ayant mesuré les rendements réels (en situation et dans la durée) des fermes bio et conventionnelles dans les pays non-tempérés concluent à une meilleure performance de l'agriculture biologique. Montrer, expliquer, argumenter que l'agriculture biologique peut sans aucun problème nourrir plus de 12 milliards d'humains est une nécessité pour que les agriculteurs « ici et maintenant » commencent à la prendre au sérieux et à comprendre qu'elle représente l'avenir.

     

    La bio doit bénéficier de politiques publiques stables et déterminées

     

    Un agriculteur s'engagera difficilement dans une production dont le soutien par les pouvoirs publics et les acteurs économiques semble irrégulier et précaire. Lorsqu'un agriculteur s'interroge sur une éventuelle conversion vers l'agriculture biologique mais apprend que les aides de l'État à la bio sont en diminution, il abandonne le plus souvent son projet !

     

    L'attitude actuelle du ministre de l'agriculture et des présidents de la plupart des Conseils régionaux est irresponsable. Alors même qu'un plan Ambition bio 2017 est symboliquement lancé, l'État a décidé de ne pas prolonger une aide nationale aux agriculteurs certifiés bio et de laisser les Conseils régionaux en prendre la responsabilité. Compte-tenu des limites des finances régionales et de la pression extrêmement forte (voire violente, au sens propre du terme) que le syndicat agricole majoritaire français exerce sur les élus locaux, le résultat ne surprend personne : la quasi-totalité des régions ont choisi soit de ne plus soutenir leurs agriculteurs déjà certifiés en bio, soit de réserver ce soutien aux seules filières jugées stratégiques ou aux seuls territoires à fort enjeu environnemental (comme si les autres devaient être sacrifiés). Elles préfèrent ainsi utiliser leur budget régional issu du « deuxième pilier de la Politique Agricole Commune » pour poursuivre le soutien à l'agriculture industrielle : irrigation dans le Sud-Ouest, surmécanisation, etc.

     

    Ce défaussement de l'État vers les régions est une hypocrisie, qui annihile l'essentiel des effets d'annonce du plan Ambition bio 2017 (lequel était déjà de toute façon plus symbolique que véritablement porteur de moyens, puisqu'il ne cherche aucunement à toucher les agriculteurs conventionnels). Le ministre de l'agriculture ne doit pas s'étonner si la dynamique de conversion vers l'agriculture biologique ralentit en 2014-2015, et sans doute encore les années suivantes. Il faut montrer une incroyable méconnaissance des réalités économiques et psychologiques des agriculteurs pour croire que ces derniers vont s'engager dans un mode de production dont il apprennent qu'il est de moins en moins soutenu !

     

    Seul un soutien clair et pérenne à l'agriculture biologique peut créer les conditions du dépassement de la crainte socio-psychologique. Ce soutien doit s'appuyer explicitement sur les bénéfices environnementaux et sociaux de la bio, et doit donc par définition être national et s'appliquer à toutes les filières. Prétendre que certaines filières ou certains territoires pourraient être « abandonnés », c'est nier les raisons scientifiques, environnementales et sociales qui fondent le changement d'agriculture. En revanche, il est parfaitement raisonnable de réserver ce soutien aux fermes intégralement en bio, et il pourrait être plafonné (si possible en valorisant l'emploi, grâce à un plafond par actif).

     

    Les acteurs de l'agriculture biologique, soutenus par des associations de consommateurs et de protection de l'environnement, ont lancé une mobilisation pour exiger la pérennisation de l'aide aux agriculteurs certifiés bio (appelée par l'administration « aide au maintien », mais par les paysans bio « rémunération de reconnaissance » puisqu'il s'agit bel et bien de rémunérer un service rendu qui permet à la société des économies bien plus importantes). N'hésitez pas à signer la pétition et à interpeler vos élus régionaux et nationaux. Dans un communiqué de septembre 2014, la Fédération Nationale d'Agriculture Biologique rappelle que l'Union Européenne elle-même alerte la France sur la faiblesse des moyens qu'elle alloue à l'agriculture biologique.

     

    [Edit du 11 mars 2015 : Un arrêté signé en catimini fin février 2015 par le ministre de l'agriculture (et publié le 7 mars) réduit rétroactivement de 25 % les aides au maintien pour l'année 2014. Au-delà de ses graves conséquences sur l'équilibre économique des fermes concernées, cette décision incompréhensible est l'archétype des choix catastrophiques créant une profonde insécurité financière et psychologique rédhibitoire pour le développement de l'agriculture biologique. Cf. un article sur le sujet]

     

    La bio est-elle un horizon ou un gadget ?

     

    Comme je l'ai déjà expliqué, l'obsession de l'actuel ministre de l'agriculture pour une « agro-écologie » qui n'est qu'un aménagement marginal de l'agriculture conventionnelle (au contraire de celle dont parlent Nature & Progrès ou Pierre Rabhi) conduit à brouiller dramatiquement le message... et à disperser les politiques publiques.

     

    Contrairement à un usage admis depuis 15 ans en France, certaines mesures agro-environnementales (MAE) de la nouvelle Politique Agricole Commune pourront être supérieures à l'aide à la conversion bio – pour des efforts techniques et des bénéfices environnementaux bien moindres. Il ne s'agit pas là de règles européennes, mais bien d'un choix d'application de ces MAE en France. C'est à la fois un signal extraordinairement défavorable à l'agriculture biologique, forcément démobilisateur pour les agriculteurs en questionnement, et un pur scandale éthique : aider davantage ceux qui font moins d'effort ! Ici encore, il sera trop facile – et très malhonnête – de constater le ralentissement des conversions biologiques, puisqu'un tel dispositif ne peut que dissuader les conversions dans les productions concernées (notamment en grandes cultures).

     

    La moindre des choses, le B-A-BA d'une politique agricole cohérente, est que l'aide à la conversion bio soit d'un montant supérieur à toute autre MAE. C'est une évidence non-négociable, dont le refus discrédite ceux qui ont arbitré en faveur du dispositif actuel.

     

    Des conditions préalables à toute politique sérieuse

     

    Bien entendu, les conditions que je viens de présenter sont nécessaires mais non suffisantes. Elles doivent s'accompagner d'un changement du cadre politique et réglementaire, de façon à mettre fin aux distorsions de concurrences (coût du travail, orientation des subventions, externalisation des coûts sanitaires de l'agriculture conventionnelle) qui défavorisent actuellement la bio. Il est également indispensable de proposer aux paysans une évolution progressive leur permettant d'avancer vers la bio à leur rythme et en fonction de l'histoire et de la structure de leur ferme : j'en avais parlé dans un précédent billet.

     

    Mais j'insiste sur l'inconséquence des décideurs politiques lorsqu'ils prétendent soutenir l'agriculture biologique tout en envoyant aux agriculteurs des messages exactement opposés. Les agriculteurs ne sont pas des machines mais des humains. Croire qu'il suffit d'affirmer hypocritement que l'on soutient la bio, tout en agissant à l'inverse, méprise la capacité des paysans à entendre les signaux politiques, et témoigne chez ces hommes politiques d'une méconnaissance stupéfiante des dimensions psychologiques et culturelles de toute activité humaine.

     

     

     


  •  

    Dans les années 1980, la France fut, de façon éphémère, l'un des pays où l'agriculture biologique s'était le plus rapidement implantée significativement. Il faut dire qu'à cette époque, il suffisait de quelques centaines de paysans bio pour être en tête du classement européen... Depuis les années 1990, en revanche, la France est très en retard sur ses voisins – et même sur le reste du monde – en matière de développement de l'agriculture biologique, malgré des « rattrapages » relatifs à certaines périodes (1998-2002, 2009-2011).

     

    Une demande pourtant en forte croissance

     

    Cette situation est d'autant plus paradoxale que la demande de produits issus de l'agriculture biologique est très supérieure à l'offre depuis plusieurs décennies, et ne cesse en outre d'augmenter. Elle prend plusieurs formes. D'abord, les enquêtes annuelles sur la consommation alimentaire en France montrent que la consommation de produits bio augmente de plus de 10 % par an depuis la fin des années 1990, ne descendant que deux fois et très ponctuellement à 9 %. Cette croissance dite « à deux chiffres » est un phénomène remarquable qui ferait rêver tout entrepreneur, surtout lorsqu'elle se maintient pendant une aussi longue durée. Ainsi, non seulement il existe un véritable appel d'air du marché pour les produits biologiques, mais en outre il s'agit d'une tendance profonde, témoignant d'une véritable évolution des attentes citoyennes. Une croissance aussi forte et aussi continue ne peut absolument pas être définie comme un effet de mode ! Il s'agit bien d'une dynamique sociale de long terme, sécurisante pour les acteurs agricoles et qui devrait attirer fortement l'attention des décideurs politiques.

     

    Ensuite, l'intérêt sanitaire et environnemental de l'agriculture biologique a si bien fait ses preuves que de plus en plus de collectivités s'engagent dans l'introduction de produits bio dans leurs cantines (scolaires surtout, mais aussi parfois administratives) – bien sûr en grande partie sous la pression des parents d'élèves. Un article récent de Reporterre témoigne du renforcement régulier de cette implication. La croissance des produits biologiques dans la restauration hors-domicile pourrait être spectaculaire... si l'offre suivait. La demande non-satisfaite est très élevée dans ce domaine, de nombreuses communes ne parvenant pas à trouver des produits bio en quantité et régularité suffisante pour approvisionner leur cantine scolaire. En outre, ce marché particulier offre une garantie extrêmement précieuse pour les acteurs agricoles, puisque les lois Grenelle avaient fixé un objectif de 20 % de produits biologiques dans les restaurants administratifs dépendant de l'État et dans les cantines scolaires à l'horizon 2012. Loin d'être atteint (ou même approché) à l'échelle nationale, cet objectif devrait être structurant pour les agriculteurs et coopératives agricoles, qui savent qu'ils peuvent s'engager en bio avec des risques limités.

     

    Fruits et légumes à RungisSigne des temps, le marché national de Rungis va ouvrir en 2015 un espace dédié à l'agriculture biologique – Photo l'Rbio

     

    Des filières conventionnelles en crise

     

    D'un autre côté, les agriculteurs conventionnels sont confrontés à des crises multiples. L'élevage laitier est un exemple édifiant. Lors de la crise laitière de 2009, les élevages dits intensifs (dont le caractère intensif est très discutable compte-tenu des surfaces cultivées en Amérique du Sud pour les nourrir) ont été fortement fragilisés, tant leur équilibre financier est précaire ; beaucoup d'entre eux ont mis la clef sous la porte ou ont dû s'endetter encore plus et se fragiliser encore davantage. À l'inverse, les éleveurs herbagers ou biologiques n'ont pas été mis en danger. À l'exception des grands céréaliers, qui bénéficient à la fois d'une rente éhontée de la part de la Politique Agricole Commune et de prix de vente élevés grâce à la spéculation sur les matières premières, tous les autres systèmes agricoles conventionnels sont sur la corde raide. Dans ces conditions, la conversion à l'agriculture biologique devrait très souvent être une solution précieuse pour sécuriser des débouchés et réduire la précarité financière.

     

    La loi de l'offre et de la demande est une imposture

     

    Si l'économie fonctionnait comme le prétendent la plupart des économistes, la cause serait entendue : les agriculteurs français se convertiraient massivement à l'agriculture biologique. Ce n'est pourtant pas le cas ! Il faut en effet se défaire du mythe de la loi de l'offre et de la demande. Comme l'a montré Fernand Braudel, un tel ajustement ne peut fonctionner que dans une économie villageoise basée sur la proximité et le troc. Dans toutes les autres situations, il est illusoire et fantasmatique. Dès lors que des intermédiaires interviennent, ils ajoutent leurs intérêts, leurs choix et leurs biais. Dès lors qu'un État existe, il crée des distorsions de concurrence (censées être vertueuses et privilégier le bien commun, mais très souvent archaïques dans le domaine agricole et défavorisant les agricultures riches en emploi ou respectueuses de l'environnement). Dès lors que l'activité concernée demande du temps et des compétences longues à acquérir, tout ajustement demande un long délai et connait une forte inertie. Dès lors que des contraintes physiques (climat, sol...) s'ajoutent, l'ajustement est encore plus complexe à réaliser : même si la demande en noix de coco était considérable, les agriculteurs métropolitains ne tenteraient pas pour autant de planter des cocotiers...

     

    Les trois grands freins au développement de la bio

     

    C'est une réalité élémentaire, qui échappe trop souvent aux décideurs et aux économistes : un agriculteur ne change pas de production de gaîté de cœur, et ne le fait qu'après hésitations et incitations. Changer de mode de production en agriculture, c'est aussi lourd à décider et à gérer que changer de métier pour un autre travailleur. La réticence au changement se focalise sur trois grandes peurs.

     

    La première est la peur technique. Arriverai-je à assimiler les techniques spécifiques à la bio ? Et puis, est-ce que l'agriculture biologique fonctionne et parvient à gérer les maladies, parasites et autres problèmes ? Cette peur est renforcée par la méconnaissance qu'ont la plupart des agriculteurs (ainsi que des citoyens et élus, d'ailleurs) de ce qu'est réellement l'agriculture biologique. Puisqu'ils croient qu'il s'agit de « la même chose sans la chimie », ils sont fondés à douter de sa réussite technique. Comme je l'ai rappelé dans l'un de mes premiers billets puis dans un billet plus récent, cette crainte est infondée. La bio n'est pas du conventionnel sans chimie, mais d'autres pratiques systémiques, qui posent les bases d'un organisme agricole bien plus résilient, bien plus stable, et à terme bien plus performant, que l'agriculture conventionnelle. Pour lever cette peur technique, il faut des formations, bien sûr, mais aussi et surtout un accompagnement par des paysans déjà engagés en bio. Trop souvent, les formateurs agricoles et les techniciens des Chambres d'Agriculture et des coopératives enseignent des techniques simplement « sans chimie » restant basées sur les impasses de l'agriculture conventionnelle (cultures pures, variétés standard, spécialisation...), sans connaître réellement les changements systémiques nécessaires. Seuls des paysans déjà en bio, épaulés par des techniciens spécialisés dans la bio et bien formés, peuvent apporter les compétences nécessaires à la transition réussie d'une ferme. Cet accompagnement professionnel s'appuie par définition sur les Groupements d'Agriculture Biologique qui regroupent les paysans biologiques et en conversion, mais qui sont malheureusement peu soutenus actuellement.

     

    La deuxième peur est économique. Est-ce que je gagnerai ma vie en passant en bio ? Est-ce qu'il existe des filières économiques pour écouler mes produits sans que je doive passer une énergie démesurée à les inventer moi-même ? Cette peur peut assez facilement être écarté de nos jours. Oui, des filières bio existent (grâce au travail exemplaire réalisé par les pionniers de la bio), oui, cette agriculture est rémunératrice. Mieux encore, comme dit plus haut, elle offre beaucoup plus de sécurité sur ce plan. En outre, si les distorsions de concurrence qui défavorisent la bio étaient gommées, les produits bio pourraient être vendus moins chers que les produits conventionnels tout en rémunérant mieux leurs producteurs ! L'avenir leur appartient.

     

    La troisième peur est la plus sous-estimée, alors qu'elle est peut-être la plus puissante. Il s'agit de la peur socio-psychologique. Cette notion inclut notamment la peur du regard du voisin (extrêmement déterminante dans le monde agricole) et l'insécurité sociale. Dans une région où les paysans bio sont peu nombreux, lorsqu'un agriculteur se convertit en bio il doit changer pratiquement tout son réseau social. Conseiller de la Chambre d'Agriculture, groupe d'échange technique, conseiller et commercial de la coopérative, parfois même coopérative de matériel en commun : tout l'environnement humain est remis en cause et va changer. Cela est aussi pesant que lorsqu'un salarié déménage à plusieurs centaines de kilomètres de son emploi actuel et doit changer à la fois de collègues et de réseau social.

     

    Dans ces conditions, le changement de pratiques ne peut s'engager que si le nouveau mode de production est fortement « porté » par les pouvoirs publics, que si le paysan sent qu'il sera soutenu dans la durée et qu'il s'engage dans un projet d'avenir bénéfique à toute la société. Et c'est bien là que le bât blesse. Les politiques agricoles – y compris le théorique plan Ambition bio 2017 récemment lancé – ne remplissent actuellement pas du tout ces conditions. Mais j'y reviendrai dans mon prochain billet.