• Jacques Caplat en bref

    Photo de Jacques Caplat

     

    L'agriculture fait profondément partie de mon histoire familiale : mon père Gérard était un petit paysan, et son propre père était un « berger sans terre » issu d'une lignée immémoriale de bergers lozériens.

    Moi-même agronome, j'ai exercé d'abord comme technicien de terrain en agriculture conventionnelle dans une Chambre d'Agriculture, avant de devenir technicien en agriculture biologique au sein d'un GAB (groupement d'agriculture biologique). J'ai ensuite travaillé 8 ans à la FNAB (fédération nationale d'agriculture biologique), où je participais à la coordination du développement de la bio en France, en articulation avec l'échelle européenne.

    J'ai ainsi été au cœur de deux chantiers stratégiques :

    • Celui des semences d'abord, puisque je fus pendant 4 ans l'animateur du groupe d'experts français sur les semences biologiques et à ce titre l'un des deux représentants de la France auprès des institutions européennes sur le sujet, puisque j'ai participé au groupe de concertation sur les OGM du Commissariat général au plan et puisque j'ai contribué à la fondation du Réseau Semences Paysannes.

    • Celui de la conversion vers l'agriculture biologique ensuite, puisque j'ai successivement accompagné des paysans conventionnels dans leur transition vers la bio, coordonné cette dynamique à l'échelle nationale, assuré la liaison avec le Ministère de l'agriculture et l'Union européenne, participé à des évaluations européennes du dispositif d'aide à la conversion... et écrit de nombreux rapports sur le sujet.

    Enfin, j'ai eu la chance d'être confronté à des agricultures du monde, en participant notamment à un projet de développement agricole au Bénin et à des missions au Bangladesh ou en Italie.

    Occupant désormais une partie de mon temps à une toute autre discipline (l'ethnologie), j'ai écrit plusieurs ouvrages sur l'agriculture biologique, et je continue à intervenir dans des formations, à participer à des expertises et à donner de nombreuses conférences auprès du grand public.

    Ma démarche s'inscrit résolument dans le principe de l'éducation populaire : mon propos n'est pas d'asséner un « savoir » tout fait, mais de donner au public les clefs de compréhension qui lui permettront de se forger sa propre opinion, de diffuser à son tour l'information, et d'aller plus loin s'il le souhaite.

    Je suis donc avant tout un passeur.

    Je ne suis que l'héritier de centaines de générations de paysans et de plusieurs générations de pionniers de l'agriculture biologique (paysans comme agronomes). Mon rôle n'est que de rendre cette « histoire en marche » accessible au plus grand nombre et d'aider à l'émergence des innovateurs de demain.

     


    Principaux ouvrages (et articles scientifiques) : voir colonne de gauche

    Florilège de conférences et évènements significatifs